Musiques et cinémas du monde arabe

alt

Les Bienheureux, un film réalisé par Sofia Djama avec Sami Bouajila, Nadia Kaci

Le monde arabe, cette entité plurielle, diversifiée, a besoin de nous montrer ses images, de nous faire écouter ses voix et ses musiques loin des préjugés et des visions médiatiques stéréotypées. Les réalisateurs algériens, tunisiens, marocains et égyptiens nous offrent leur vision de ce monde en plein changement. Et les musiciens ne sont pas en reste : on danse au rythme de la néo-dabké d’Omar Souleiman, de la pop-rock de Machrou’leila, des mélopées langoureuses de Yasmine Hamdane ou de l’électro-chaabi d’Islam Chipsy. 

De l’autre côté de la méditerranée

alt

Le monde arabe, cette entité plurielle, diversifiée, a besoin de nous montrer ses images, loin des préjugés et des visions médiatiques stéréotypées. Les réalisateurs ont la lucidité et le recul nécessaires pour nous offrir une vision plus « objective » de ce monde en plein changement.

Lire la suite

Deux films algériens à l'affiche

alt

Les bienheureux

Grâce à ses personnages forts, Les Bienheureux de Sofia Djama dresse un portrait puissant et émouvant de l'Algérie meurtrie par la guerre civile.

Le film

alt

En attendant les hirondelles

Le film de Karim Moussaoui disséque de façon précise et inspirée les tensions qui perdurent dans la société algérienne.

Le film

Al musiqa

alt

Voix et musiques du monde arabe

Présentée à La Philharmonie de Paris, l’exposition Al musica vous invite à un voyage visuel et sonore allant de l’Arabie Heureuse de la reine de Saba jusqu’à l’Andalousie du grand musicien Zyriab, de la période préislamique, en passant par l’âge d’or égyptien de la diva Oum Kalsoum, jusqu’à la scène pop, rap ou électro, sortie dans les rues depuis les révolutions arabes.

L’exposition          La playlist

Arabia remix

alt

Les musiques arabes aujourd’hui

À travers le monde, les musiques arabes s’épanouissent aussi bien dans les festivals communautaires que dans les salles de concert alternatives et les boîtes de nuit branchées où l’on danse au rythme de la néo-dabké d’Omar Souleiman, de la pop-rock de Machrou’leila, des mélopées langoureuses de Yasmine Hamdane ou de l’électro-chaabi d’Islam Chipsy.

Plus de détails